2016 – 2018

2016–Création de 6 Laboratoires d’Enseignement et de Recherche

En marge de la mise en œuvre de la Loi sur les Hautes Ecoles vaudoises (LHEV), la Haute Ecole de la Santé La Source a introduit un projet de première importance au sein de son plan de développement: la création de laboratoires de recherche et d’enseignement qui
regroupent les anciens pôles de recherche et les groupes d’intérêts communs. L’objectif visé est double: favoriser, d’une part, l’articulation entre les missions d’enseignement et de recherche en stimulant la collaboration, et, d’autre part, le transfert de savoirs et de
pratiques entre formateurs et chercheurs.

Préparé durant l’année 2015, avec une échéance arrêtée au 31 décembre 2018, ce projet a démarré formellement en janvier 2016. Six Laboratoires d’Enseignement de Recherche (LER) ont vu le jour. Chacun concentre ses activités dans un domaine bien précis: la santé mentale et psychiatrie, le vieillissement et la santé, la santé de l’enfant et de la famille, la prévention et promotion de la santé dans la communauté, la qualité et sécurité des soins et le système de santé, l’éthique et l’interprofessionnalité. Chaque membre du personnel d’enseignement et de recherche est affilié à l’un d’entre eux. Cette organisation permet de créer des synergies entre recherche et enseignement et de mutualiser les ressources au sein d’un même domaine.

La première année d’existence de ces laboratoires a permis un certain nombre de réalisations tels que le dépôt de plusieurs projets de recherche, la publication de nombreux articles scientifiques, ainsi qu’une collaboration fructueuse avec le décanat de la Formation
au niveau de l’actualisation des contenus de formation.

2016–Toujours plus de qualité dans l’enseignement

L’amélioration de la qualité des programmes et des moyens pédagogiques est une préoccupation permanente.

Après avoir connu un cycle complet, le programme d’études Bachelor 2012 a été évalué en 2016 par les étudiants et les équipes enseignantes. Les résultats de cette évaluation sont globalement très satisfaisants. Sur les 17 modules évalués, seuls trois d’entres eux nécessitent un travail d’amélioration important qui débutera en 2017.

L’évaluation des prestations des étudiants est un exercice particulièrement délicat en raison des enjeux qui en découlent: réussite ou échec, prolongation d’études, risque d’échec définitif. Cette évaluation va de paire avec celle de la qualité des questions d’examens, un travail que le Comité de lecture des épreuves d’examen a poursuivi en 2016. Il a élargi son mandat en vérifiant également la qualité des corrections des épreuves. Ce travail s’avère essentiel pour garantir la validité des épreuves et l’équité vis-à-vis des étudiants. Il permet, en outre, à chaque enseignant de progresser dans ses compétences d’évaluateur.

Enfin, au niveau de l’efficience des corrections d’examen, une amélioration a pu être apportée: un logiciel d’automatisation des corrections des questions à choix multiples et du calcul des points a été mis en place.

Toujours dans le domaine de l’amélioration de la qualité, relevons quelques nouveautés qui profitent aux enseignants:

  • L’implication d’une avocate chargée de vérifier la validité juridique de nos processus et de former les enseignants aux aspects juridiques liés à l’évaluation. Cette ressource, très appréciée des enseignants, a permis d’aborder de nombreuses questions liées aux réclamations et aux recours.
  • La création du Péda’blog qui met à disposition des collaborateurs de nombreuses ressources (articles, sites web, vidéos) liées à la pédagogie dans l’enseignement supérieur. Le nombre de visites du blog montre l’intérêt de cet outil.
  • Pour les conseillers aux études qui accompagnent les étudiants en difficulté, une nouvelle collaboration avec une psycho pédagogue spécialiste de l’apprentissage a été mise en place, afin de développer des alternatives dans leur accompagnement.

La communauté des étudiants a pu, quant à elle, découvrir un tout nouvel intranet. Afin de répondre au mieux aux attentes des utilisateurs, le contenu et le design ont été pensés par un groupe de travail qui comptait parmi ses membres quelques étudiants.

2016–Des diplômés toujours plus intéressés par une expérience à l’étranger

Les Affaires internationales de La Source ont compté que 58% des diplômés ont réalisé une expérience internationale dans le cadre de leur cursus Bachelor, soit 2% de plus qu’en 2015.

2017–Un goût d’innovation à la Formation postgrade

Entamé fin 2016, le travail de refonte de l’offre de formations postgrades a bien avancé en 2017. Cette refonte vise à mieux répondre à l’évolution des besoins des professionnels, des employeurs et du système socio-sanitaire. Pour ce faire, les programmes postgrades ont été totalement repensés. Dès septembre 2018, ils s’articuleront dans un dispositif de formation innovant offrant notamment une plus grande perméabilité entre eux, des équivalences facilitées ainsi qu’un riche éventail de modules à options.

Le travail s’est centré en 2017 sur l’identification des besoins (population et professionnels), l’analyse des programmes actuels, la conception du nouveau dispositif et une large consultation tant à l’interne de l’Ecole qu’à l’externe.

2017–Une première réussie pour notre nouveau CAS

Le lancement en janvier 2017 du CAS (Certificate of Advanced Studies) en leadership éthique et responsabilité professionnelle dans les organisations de santé a été couronné de succès. Un signal positif que les témoignages des 26 participants sont venus corroborer. Parmi les points positifs relevés figure notamment le fait d’avoir pu développer une expertise dans l’identification de problèmes éthiques et adopter une position professionnelle experte intégrant les rôles et responsabilités (clinique, juridique, déontologique, éthique) des acteurs impliqués. Le CAS leur a permis également de situer le travail de l’éthique du soin à partir d’une analyse des enjeux organisationnels et sociosanitaires.

2017–Une formation Bachelor toujours plus riche

En 2017, de nouveaux contenus se sont ajoutés au catalogue des modules et cours à options proposés à La Source, et pas des moindres! Un premier module «innovation et sécurité des soins» a permis à 9 étudiants, en collaboration avec des enseignants et des ingénieurs, de travailler à la création d’un cours sur la transfusion sanguine utilisant la réalité virtuelle.

Cet outil de simulation permettra à l’ensemble des étudiants de réviser les principes de sécurité à respecter dans l’administration d’une transfusion. L’expérience a été très fructueuse pour les parties prenantes. Du côté de la startup UbiSim, les ingénieurs ont bénéficié des réactions des utilisateurs, enseignants et étudiants, à chaque étape du développement de leur produit et pu, ainsi, améliorer leur logiciel en continu. Du côté de nos étudiants, la participation à ce module leur a permis d’acquérir de nouvelles compétences professionnelles et techniques. En créant l’environnement et les conditions propices à la création d’un nouvel outil dédié à l’enseignement des soins infirmiers, La Source innove, fidèle à son héritage historique d’école pionnière en matière pédagogique.

Dans un autre registre, un nouveau «module international» a été inauguré avec un réel succès en 2017. Ce module de 3 crédits européens (ECTS) prépare les étudiants à leurs stages à l’étranger, particulièrement dans les pays en voie de développement.

Au niveau des cours à options, les étudiants de La Source profitent d’un nouveau cours interprofessionnel sur la douleur, conduit par la Faculté de biologie et médecine de l’Unil. Il réunit désormais des étudiants en médecine et en soins infirmiers (3ème année Bachelor).

2017–Naissance du Vice-décanat de l’Innovation

La Source créé le Vice-décanat de l’Innovation, avec à sa tête la Doctoresse et Professeure Ordinaire HES, Dominique Truchot-Cardot.

Le Vice-décanat de l’Innovation est le fruit de la volonté de La Source de donner un réel coup d’accélérateur à l’innovation.

Par ailleurs s’est ajoutée la perspective d’ouvrir en 2018, dans l’extension de l’École à Beaulieu, un espace dédié à l’innovation: le Source Innovation Lab (SILAB).

2017–Le nouveau visage du Vice-décanat de la Recherche

En mai 2017, La Source a eu le plaisir d’accueillir au sein de ses équipes Dr. Séverine Vuilleumier en tant que Professeure Ordinaire et Vice-Doyenne de la Recherche.

2018–Le Japanese Red Cross Hiroshima College of Nursing, La Source et la DGES s’unissent

Mercredi 7 mars 2018, le Japanese Red Cross Hiroshima College of Nursing (JRCHCN), la Direction Générale de l’Enseignement Supérieur (DGES) du canton de Vaud et l’Institut et Haute École de la Santé La Source (La Source) ont signé un accord «Memorandum of Understanding (MOU)».

Cet accord a pour but de soutenir les échanges d’étudiants et d’activités académiques entre le JRCHCN et La Source. Les principaux champs concernés sont la recherche infirmière, l’interprofessionalité, la simulation et les soins en cas de catastrophe.

Signature_Accords_Hiroshima_Japon

De gauche à droite: Jacques Chapuis Directeur de La Source, Mariko Koyama Présidente du Collège d’Hiroshima au Japon, Ariane Baechler, Chantal Ostorero Directrice générale de la DGES du canton de Vaud, Maxline Stettler Directrice des Universités d’été à la DGES du canton de Vaud, Madeleine Baumann, Doyenne des affaires internationales de La Source.

La signature de cet accord est l’aboutissement d’une collaboration initiée en 2012. Cette année-là, La Source reçoit la visite du Professeur Hiroshi Higashiura et des représentants du Japanese Red Cross College of Nursing de Tokyo.

En 2013, une délégation de la DGES et de La Source s’est rendue à Tokyo. Ces diverses prises de contacts ont conduit, en mai 2014, à la signature d’un MOU avec Japanese Red Cross College of Nursing de Tokyo. Depuis cette signature, des échanges ont lieu annuellement entre nos étudiants et nos professeurs et les étudiants de Tokyo.

En 2017, les 6 Écoles du réseau Japanese Red Cross Colleges of Nursing ont manifesté leur intention de mettre en place des échanges réguliers d’étudiants en soins infirmiers. En ligne de mire: l’internationalisation du cursus infirmier offrant l’opportunité aux participants de découvrir un autre système de santé, d’autres pratiques infirmières au travers de cours, des stages et des visites d’institutions de soins mais également culturelles.

Ces échanges sont sans but lucratif et reposent sur la réciprocité entre les institutions.

Actuellement, nous avons le plaisir d’accueillir quatre étudiantes japonaises. Elles suivent un programme spécial à La Source dans le cadre des Universités d’été. Du côté de nos étudiants, certains auront l’opportunité de partir en échange au JRCHCN d’ici quelques mois.

Visite à la Japanese Red Cross College of Nursing Hiroshima, simulation

Le JRCHCN ouvert en 2000 est situé dans un vaste campus sur une colline surplombant la mer intérieure de Seto. Il accueille au total plus de 600 étudiantes et étudiants pré-gradués avec un programme en 4 ans, une centaine d’étudiantes et étudiants en programme de Master, ainsi que des doctorantes et doctorants.

L’ensemble du programme Bachelor de la JRCHCN présente des similitudes avec celui conduit à La Source. A titre d’exemple, citons un haut niveau de formation dans la simulation avec une cinquantaine de patients simulés.

Quelques exemples de points de convergence entre les Écoles de la Japanese Red Cross Colleges of Nursing et La Source

  • Un niveau de formation universitaire;
  • Un lien fort avec le mouvement de la Croix-Rouge et les valeurs associées;
  • Un regard attentif sur l’évolution épidémiologique, le vieillissement de la population, le «disaster nursing», la chronicité, l’évolution du rôle infirmier, le concept de «caring»;
  • Une formation s’appuyant sur les dernières recherches en pédagogie (par exemple simulation, utilisation des technologies les plus récentes…).

2018–La réalité virtuelle au service de la qualité et la sécurité des soins

L’Institut et Haute Ecole de la Santé La Source et UbiSim, start-up suisse spécialiste en formation immersive, ont mis en commun leurs expertises respectives pour créer la première plateforme pédagogique en réalité virtuelle destinée à la formation et à l’évaluation des compétences infirmières en transfusion sanguine.

Sécurité des patients et qualité des soins en ligne de mire

En Suisse, plus de 1’000 patients meurent chaque année des suites d’une erreur médicale et 10% des coûts de la santé sont générés par des évènements indésirables. Une bonne partie de ces incidents critiques pourrait être évitée si les soins et la prise en charge des patients étaient rigoureusement guidés par des protocoles validés, régulièrement mis à jour et dûment exercés. En augmentant significativement les possibilités ainsi que le temps à disposition pour expérimenter et répéter les techniques de soins, la plateforme de réalité virtuelle développée par UbiSim et La Source permettra de contribuer à améliorer la qualité du soin et augmenter la sécurité du patient, à ressources humaines et budgets constants.

La réalité virtuelle immersive offre l’opportunité aux étudiants de s’exercer en toute liberté, sans contrainte de temps, besoin de matériel de soins ou la présence d’un enseignant.

Cet outil vise également un public plus large, celui des professionnels en formation continue, afin de diminuer le risque d’erreur, notamment en exploitant des scenarii de complications rares pour lesquels il est attendu une réactions rapide et fiable.

Une première dans le domaine des soins infirmiers

Réalité virtuelle La Source-UbiSimLa plateforme de réalité virtuelle inaugurée ce jour est une première dans le domaine des soins infirmiers, notamment par le processus de création réunissant des ingénieurs, des professeurs et des étudiants. Ces derniers se sont vus proposer un module de formation à option dédié à l’innovation dans la santé. Leur regard critique et leurs conseils ont accompagné tout le processus de conception et permis à UbiSim de concevoir et de perfectionner son produit en continu. En offrant cette opportunité à ses étudiants, La Source souhaite encourager chez eux une culture de leadership et d’innovation les préparant à un rôle d’acteur du changement.

De belles perspectives

La transfusion sanguine constitue le premier «tome» de la plateforme de réalité virtuelle d’UbiSim. La start-up compte enrichir rapidement son catalogue en poursuivant sa collaboration avec La Source et en l’élargissant internationalement.

2018–Premier événements Alumni postgrades: Plus que de simples retrouvailles

Mardi 22 mai 2018, La Source a organisé son premier évènement Alumni postgrades, en collaboration avec le CHUV. Ce sont les diplômées du CAS Leadership éthique et responsabilité professionnelle qui ont eu droit à cette primeur.

La rencontre organisée par les responsables du CAS, Christine Félix et Marion Fischer, se voulait plus que de simples retrouvailles. L’intention des deux responsables était de proposer un format avec une réelle valeur ajoutée: un temps de travail en groupe, suivi de la conférence publique «Leadership éthique et culture organisationnelle: faire face aux défis contemporains avec humanité» de M. Haefliger.

Durant une heure, les diplômées ont pu échanger sur la mise en œuvre des compétences acquises durant la formation dans leur pratique professionnelle. Une dimension cruciale pour une thématique complexe et multifacette. Un accent particulier a été mis sur le partage de leur expérience (difficultés rencontrées, ressources mobilisées, etc.) en vue du débat qui a suivi la conférence.

2018–Un fonds FNS pour la première enquête nationale sur la santé mentale de la jeunesse suisse

Les troubles mentaux communs (Common mental disorders, CMDs), comprenant les troubles dépressifs, ceux liés à l’anxiété et au stress, constituent une cause importante et croissante de la morbidité dans le monde. Leurs symptômes affectent fortement la capacité de travail et celle-ci est péjorée par l’apparition précoce des CMDs et leur récurrence. Leur impact est donc important pour la société et la santé publique, or leur prévalence chez les jeunes suisses reste inconnue.

Afin d’estimer la prévalence des CMDs dans cette population spécifique, d’évaluer la portion de CMDs non traités et d’identifier les facteurs associés, le Fonds National Suisse soutient l’étude épidémiologique sur la santé mentale de la jeunesse suisse dirigée par Meichun Mohler-Kuo.

Cette étude est la première enquête nationale qui s’intéresse à la santé mentale de cette population, aux comportements de recherche d’aide et de facteurs associés, ainsi qu’à l’impact des troubles mentaux. Ses résultats serviront au développement et à l’amélioration de la prévention et du traitement des atteintes de la santé mentale de la jeunesse suisse.

La population étudiée comprend des résidents suisses nés entre 1996 et 2000 (15-19 ans au 31 décembre 2015). Un échantillon national représentatif de 9’910 jeunes de ce groupe d’âge, stratifié par canton, sexe et nationalité a été identifié, en collaboration avec l’Office fédéral de la statistique. Le nombre de participants visé est de 4’000 à 5’000 jeunes.

2018–Les seniors vaudois auront leur senior-lab, une première en Suisse romande

L’Institut et Haute Ecole de la Santé La Source (La Source), la Haute Ecole d’Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud (HEIG-VD) etl’ECAL/Ecole cantonale d’art de Lausanne ont convié le 19 juin 2018 la presse au lancement du premier senior-lab romand. Représentant le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC), la Directrice générale de l’enseignement supérieur, Chantal Ostorero, a vivement salué l’initiative des trois Hautes Ecoles vaudoises. Pour l’Etat de Vaud, cette réalisation s’inscrit pleinement dans les objectifs fixés par le Canton pour le programme de législature 2017-2022, en particulier en matière de réponses au enjeux liés au vieillissement de la population et de développement des Hautes Ecoles HES vaudoises.

La mission du senior-lab (SL) sera de développer et proposer – avec et pour les seniors – des solutions concrètes et innovantes visant l’amélioration de leur qualité de vie et la préservation de leur autonomie, par le biais de collaborations et d’échanges entre des acteurs publics et privés, des hautes écoles, des entreprises, des associations, des fondations et des individus. Géographiquement, le Senior Lab disposera de deux antennes: une dans les nouveaux locaux de La Source à Beaulieu et l’autre à proximité de la HEIG-VD, à Yverdon-les-Bains.

La problématique du vieillissement démographique

En Suisse, aujourd’hui, l’espérance de vie atteint en moyenne 82.6 ans et les personnes de plus de 65 ans représentent 18% de la population (OFS, 2015). Selon l’Office fédéral de la statistique, en 2045, ce chiffre devrait passer à 25% dans tous les cantons. Le vieillissement démographique représente une problématique complexe, nécessitant une approche interdisciplinaire pour en comprendre pleinement les enjeux et les opportunités.

Une approche interdisciplinaire et un rôle central pour les seniors

Dans ce contexte, la raison d’être et la mission du Senior Lab prennent tout leur sens. Axé sur les besoins et attentes des seniors, le Senior Lab enrichira les activités de recherche et de développement initiées durant la phase pilote. Les projets seront plus que jamais menés sous l’angle de l’interdisciplinarité en impliquant des spécialistes de la santé, des psychologues, des designers, des économistes, des ingénieurs issus des trois Hautes Ecoles partenaires, et bien sûr des seniors. Le Senior Lab offrira à ces derniers l’opportunité de collaborer en tant qu’experts au développement de solutions concrètes, utiles, porteuses de sens et favorisant le bien-vieillir pour leur bénéfice et celui de l’ensemble de la communauté.

Le canton de Vaud pionnier

Cette réalisation fait du canton de Vaud un pionnier en Suisse romande en matière de méthodologie et d’approche participative avec et pour les seniors. Il établit des liens forts entre les usagers et les milieux de la formation, de la santé, du design et de l’économie.

2018–Les formations postgrades font peau neuve

En septembre 2018, La Source lance officiellement son nouveau dispositif de formations continues postgrades.

Ce nouveau dispositif souhaite répondre encore mieux aux besoins et priorités des professionnels des domaines socio-sanitaires et leur permettre de se former avec davantage de flexibilité.

Une vidéo illustre ses avantages avec quelques exemples concrets.